tontine


Une tontine permet
d'acheter un bien
immobilier de faible valeur, à plusieurs.
Le dernier survivant
sera le seul propriétaire
et les héritiers des
défunts ne disposeront
d'aucun droit dans la
succession...

Aujourd’hui méconnue, la tontine, initiée par le banquier italien Lorenzo Tonti, est un outil juridique et fiscal permettant lors du décès du ou des premiers acquéreurs, de considérer le dernier survivant comme ayant toujours été l’unique propriétaire. Exemple : plusieurs personnes décident d’acheter un bien immobilier (peut importe qu’il soit privé ou professionnel) et constituent une SCI.

Si les associés décèdent, et progressivement réduit à un seul son nombre, le dernier survivant devient propriétaire à part entière du ou des biens immobiliers, les autres associés sont réputés n’avoir jamais existés, avec effet rétroactif au jour de l’acquisition. Ce qui signifie que les héritiers de ces disparus ne pourront prétendre à aucun droit, ni revendiquer quelconque héritage.

Pour bénéficier de cette tontine, la valeur du ou des biens immobiliers ne doit pas être supérieure à 76 000 euros. Dans le cas où la valeur dépasserait ce montant, le survivant devrait payer les droits de succession à hauteur de 60 % diminués d’un abattement aujourd’hui fixé à 1 570 euros. Notons que ces plafonds n’ont jamais été réévalués par l’administration fiscale.

La tontine se matérialise par l’insertion d’une clause dans les statuts, par un acte libre annexé par la suite aux statuts, sous seing privé ou éventuellement (non obligatoire), par acte notarié, signé par tous les associés le jour de l’achat du bien immobilier. Il prendra effet immédiatement. Rappel : la valeur juridique dans les deux cas est la même (qu’il y ait signature des statuts ou de l’acte avec la présence ou pas du notaire. Toutefois, ce dernier sera un excellent conseillant, engageant sa responsabilité dans la véracité de ses conseils).


Tontine ou pas tontine ?


Par définition, en matière de droit immobilier, la tontine est une clause d'accroissement insérée dans le contrat par lequel deux personnes au moins se portent acquéreur d’un même bien immobilier, stipulant que la part de l’un revient à l’autre lorsqu'il y a décès de l’une ou l’autre des parties.

Une procédure à double facette et qui présente au moins un caractère aléatoire de la clause en s'assurant que les associés sont d'âge et de santé comparables. Deux conditions d’applications s’imposent dans leurs plus grandes lignes et largeurs, on pourra retenir le caractère onéreux faisant du dit contrat une nécessité d’investissement de fonds afin de permettre l’acquisition du bien en question, le second est qualifié d’aléatoire, c’est-à-dire qu’il découle du seul fait que les coacquéreurs ne peuvent prévoir lequel d’entre eux décédera et vice et versa.

Le pacte tontinier devient un acte à titre gratuit à défaut d’aléa, la doctrine semble divisée sur le côté onéreux ou gratuit de la clause, la Cour de cassation ayant admis le caractère onéreux de la clause à contrario du régime de l’administration fiscale réputant ce mécanisme de transmission à titre gratuit.

Attention à la rédaction de la clause de tontine. Elle ne peut comprendre de conditions, ni une durée de validité. Lorsqu’elle est établie, elle ne peut être ni annulée ni modifiée. A ce jour, la clause de tontine n’a été remise en cause par aucun tribunal, même dans la circonstance où le pacte tontinier, constitué de deux époux, est contesté en raison d’un divorce ou d’une séparation.


Quel est l’intérêt d’une clause dite tontinière dans un contrat de société ?


Généralement créée par plusieurs personnes (au moins deux), la tontine gère et conserve l’ensemble des biens immobiliers des acquéreurs dans le but d’éviter que le régime de l’indivision ne leur pose problème, notamment lors d'événements et ou impondérables. Il est à noter que si rien n’est stipulé dans les statuts, les parts sociales du pré-mourant peuvent être transmises immédiatement à ses héritiers directs hormis le fait que le survivant puisse exercer la faculté de rachat. Dans la majorité des cas, à défaut de détenir les fonds nécessaires à l’indemnisation des héritiers, le survivant se retrouve contraint de démêler des problèmes tels la gestion ou l’incapacité de jouir de l’immeuble en question, bien souvent, l’insertion d’une clause tontinière dans les statuts d’ une SCI permet d’éviter ce contretemps.

Dans sa globalité, une SCI créée par deux personnes dont chaque partie détient la moitié du capital dont la vocation première est l’acquisition de leur bien commun, stipule qu’en cas de décès de l’une ou l’autre des parties, l’autre deviendrait titulaire avec effet rétroactif de l’ensemble des parts sociales. A ne pas exclure le paramètre de la mésentente des tontiniers, dans ce cas précis, il faut noter que la tontine n’est pas une indivision, on ne peut donc pas exiger le partage, on parle alors d’inconvénients.

Mauvaise presse durant quelques années, la tontine d’aujourd’hui a le vent en poupe, elle représente des atouts de placements à termes variables. En effet, cette pratique devient intéressante dès lors que l’on y adhère dans le cadre d’une ouverture sur 15 ou 20 ans par exemple, peut générer une opportunité de placement non négligeable, sans toutefois exclure qu’une part de rentabilité de placement dépend du décès d’un souscripteur du même âge.

Texte de référence.
Code civil, article 1964




Mentions légales

Éditions Juridiques Pratiques
111, avenue Victor Hugo
75784 Paris Cedex 16
Contact @ : rédaction
Siret : 51051566100013
APE : 5813Z
Tél : 07 83 29 39 54
(vous pouvez nous laisser un SMS si vous le désirez)
Directeur de la publication
John Martial

Hébergement
OVH
SAS capital de 10 059 500 €
2, rue Kellermann
59 100 Roubaix

Réseaux sociaux

montermonentreprisefacebook

Infos générales

Les informations figurant sur l'ensemble du site sont protégées par les lois sur les droits d'auteurs et propriété industrielle. Ils ne peuvent pas être reproduits sur d'autres sites ou tous autres supports connus ou à découvrir.

COOKIES
Nous vous informons que lors de vos connexions sur notre site, un cookie peut être déposé sur votre ordinateur en vue d’être conservé en mémoire sur le disque dur. Un cookie est un fichier informatique qui permet, notamment, de fluidifier votre navigation sur les sites web. A tout moment, vous avez la possibilité de bloquer l’utilisation des cookies, via le paramétrage de votre navigateur internet.
.